Collectif Basse Vallée du Lot Santé-Environnement

30 avril 2020

Que choisir et pesticides...

 

Pesticides - L'inadmissible décision gouvernementale !

Trop, c'est trop ! Après avoir avalisé fin 2019 via des textes réglementaires des distances minimales d'épandage près des habitations ridiculement faibles (10, 5 mètres contre les 50 réclamés par les...

https://www.quechoisir.org

 

Posté par Collectif_ BVLSA à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


26 avril 2020

Nouvelle action en justice contre les dérogations aux ZNT en période de COVID-19 !

 

Nouvelle action en justice contre les dérogations aux ZNT en période de COVID-19 !

Le COVID-19 ne justifie pas d'épandre des pesticides au ras des habitations : 9 ONG* saisissent la justice en urgence pour stopper les dérogations aux distances d'épandage.

http://r.newsletter.generations-futures.fr

 

Posté par Collectif_ BVLSA à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 avril 2020

Brochure Riverains victimes des pesticides par Générations futures

 


Re: Agissez depuis chez vous pour dire STOP aux pesticides de synthèse !

le retour des pulvérisations agricoles à proximité des habitations. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous témoigner vos craintes liées à cette période d'épandages, particulièrement pénible à vivre en ces jours de confinement lié à la crise du COVID-19 que nous traversons !

http://r.newsletter.generations-futures.fr

 

Posté par Collectif_ BVLSA à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2020

Jacques habitant du Médoc, écrit son mécontentement à Mme la Préfète et ça vaut le détour !

Madame la préfète,

Marshall Burke, enseignant en science des écosystèmes à l'université Standford, notait le 9/03/2020 :
"La réduction de la pollution de l'air due à l'épidémie de Covid19 en Chine a sans doute sauvé vingt fois le nombre de vies perdues du fait de la maladie. Il s'agit moins d'en conclure que les pandémies sont bénéfiques, que de mesurer à quel point nos systèmes économiques sont mauvais pour la santé. Même en l'absence de coronavirus."

Vous venez, madame la préfete, de refuser la requête du Collectif Info Médoc Pesticides et de Alerte aux Toxiques de suspendre la campagne 2020 de traitement de la vigne avec des pesticides.

Vigneron retraité j'ai subi ces produits pendant vingt et un ans et continue à les subir, habitant le Médoc, comme riverain de la vigne.

Pour beaucoup ces produits sont issus directement des guerres passées. À l'origine le Zyklon B, utilisé pour le génocide du peuple juif, était un insecticide comme le traitement obligatoire de la flavescence, dont vous fixez la date chaque année. À noter que ce traitement n'a nullement empêché l'avancée de la maladie absente du Médoc en 1996 où elle s'est installée au début du siècle, mais participe de la disparition de 70 %des insectes volants en Europe et de la disparition de plus de 30%des oiseaux, faut il rappeler qu'en Chine, les campagnes de destruction des oiseaux ordonnées par Mao Tse Toung ont provoqué la famine entraînant la mort � de dizaines de millions de personnes.

Issu de la guerre du Vietnam, présent dans l'agent Orange, le glyphosate, provoque encore de nos jours malformations, cancers et a entraîné la mort � de nombreux vietnamiens. En France il se trouve maintenant dans notre urine, la vôtre comprise, puisque après des milliers d'analyses, il ne s'en est présentée aucune de négative, d'autre part des études sur les rats montrent que la descendance des porteurs de glyphosate est bien plus touchée par les cancers ou malformations que le porteur originel. Ainsi et au nom du principe de précaution et pour préserver les futures générations, il est criminel de ne pas avoir interdit � l'utilisation de ce produit. Dès à présent comme chaque printemps le Médoc est jaune, marquant la mort � de nos sols.

Et enfin le Boscalid, l'un des SDHI, fongicide de synthèse est retrouvé systématiquement dans les analyses de cheveux � pratiquées dans le Médoc. Si les SDHI, ne sont pas eux directement issus de la recherche militaire, leur mécanisme d'action menace tous les êtres vivants, à preuve l'alerte lancée le24/10 /2017 par, le scientifique de réputation mondiale travaillant à L'INSERM, Pierre Rustin à l'adresse de L'ANSES et réitérée avec huit autres scientifiques dans une tribune du journal Libération le 15/04/2018.

Curieusement, alors qu'aujourd'hui le gouvernement se défend de ne prendre aucune décision sans s'en référer à un avis scientifique, il n'a tenu, à l'époque, aucun compte de l'alerte donnée par quelques unes des plus hautes somnités scientifiques en la matière, me faisant craindre que l'actuelle attitude du gouvernement, face à la pandémie, ne se transforme en sinistre farce destinée uniquement à réduire nos libertés et achever de détruire le droit du travail en supprimant 35 h et congés payés.

Ce ne sont que trois exemples des nombreux produits déversés sur la vigne chaque année. Ces traitements ont provoqué et continuent de provoquer des millions de morts et de souffrances dans la population, bien plus que le Covid19 n'en provoquera. Qu'avons nous donc fait pour mériter Alzheimer, Cancer, Parkinson et autres calamités ?
Est on, en France ��, dans une réelle démocratie alors que le premier préfet venu à droit de vie et de mort � sur ses habitants.

Madame la préfete vous avez le choix, soit, comme en d'autres temps les fonctionnaires Adolf Eichmann ou Maurice Papon l'ont fait, avancer sur la voie du déshonneur et du crime contre l'humanité, soit, comme l'un de vos prédécesseur le préfet Jean Moulin l'a fait, résister mais aujourd'hui à la loi du Marché, dans la voie de l'honneur et de la solidarité à l'humanité.

Aujourd'hui vous avez, grâce à cette pandémie l'occasion de faire réellement que "le jour d'après ne soit pas le même que le jour d'avant.

La défiance en un revirement de votre part ainsi que mon honneur m'interdisent de vous saluer.
Jacques."

Posté par Collectif_ BVLSA à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Lettre du Gadel au Préfet suite arrêté de dérogation brulage en plein air

Monsieur le Préfet,

Le 27 mars 2020, une note d'ATMO France rappelait : "Une exposition chronique à la pollution de l'air est un facteur aggravant des impacts sanitaires lors de la contagion par le Covid19. Médecins et chercheurs concordent pour témoigner : "ensoleillement et absence de vent augmentent les niveaux de particules fines  qui pénètrent profondément dans les voies respiratoires en les fragilisant".

En période de confinement et de circulation routière comme d'activité industrielle réduites, les pics de pollution sont recentrés  sur des activités plus saisonnières.
Outre les rejets liés au chauffage résidentiel (cheminées ouvertes) et  à certains réseaux de chaleur à filtration déficiente (il y en a dans le Lot!), l'agriculture est actuellement la principale émettrice de particules secondaires par la production d'ammoniac et de dioxyde d'azote issus des épandages fertilisants ou du trafic des engins agricoles motorisés...

Il était, et il est toujours nécessaire de prioriser la santé publique face aux risques sanitaires encourus par les populations riveraines en limitant, de façon drastique à la production de base et à l'alimentation de proximité, les épandages agricoles! En prévoyant par voie de conséquence, en cas de catastrophe, les indemnisations compensatrices et autres aides potentielles à mettre en place...

Unee autre inquiétude se conjugue à la précédente dans notre département. L'ATMO Occitanie a révélé ces dernières années une forte pollution aérienne par les pesticides (extrapolable à l'échelle géographique) en vallée du Lot (expérimentation à Douelle) ainsi qu'un taux élevé de particules fines en Basse Vallée du vignoble ( relevés effectués à Prayssac). Le Directeur de l'Adeca s'est alarmé de la présence anormale de certaines pathologies en vallées du LOT et de la DORDOGNE, constat revu à la hausse par Santé Publique France Région... La cellule lotoise de l'ARS peut confirmer.

Ce phénomène s'amplifie en vallée du Lot et du vignoble lié à l'AP dérogatoire n°2020-86, inscrit au RAAS du 27 mars 2020, que vous venez de prendre concernant les brûlages aériens. Nous avons dernièrement évoqué cette décision anachronique auprès des services de la DDT...

Dans cette période de crise qui tend à se généraliser, des mesures sont à prendre de toute urgence pour que le département du LOT échappe aux graves problèmes  sanitaires connus ailleurs. Les contraintes préventives imposées ne peuvent se limiter aux seuls gestes "barrière" et au confinement ciblé de certaines populations (sous peine d'amende voire d'emprisonnement...)!

Cahors le 3 avril 2020.

Pour la Direction collégiale du GADEL, Jacques Philbert co-président délégué.

Posté par Collectif_ BVLSA à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 avril 2020

Coqueliconfinés? Jamais!

Bonjour les Coquelicots

 

Le prochain rassemblement sera confiné mais pas défaitiste. Ce confinement est propice à la réflexion et travaillons à ce que la sortie soit propice à l'action pour un monde plus propre, plus juste

 

Un peu de lecture en attendant mieux

 

Le confinement amplifie la numérisation du monde

Apéros Skype, soirées Netflix, militantisme 2.0... La numérisation du monde est en marche. Pour éviter que l'épidémie de coronavirus nous fasse " basculer dans la civilisation du sans contact ", il faut réfléchir à " desserrer l'étau numérique sur nos vies ", estime Matthieu Amiech dans cet entretien.

https://reporterre.net

 

La viticulture bio s'interroge sur la toxicité du cuivre, pesticide naturel

Dans la filière viticole française, l'utilisation du cuivre comme pesticide naturel fait débat. Du côté des viticulteurs conventionnés, on critique sa toxicité pour les sols tandis que les producteurs bio racontent ne pas pouvoir s'en passer. Noizay (Indre-et-Loire), reportage En 2015, Florent Cosme a choisi le bio " par philosophie et par respect pour le terroir ".

https://reporterre.net

 

Le changement climatique va stimuler les pandémies et autres menaces sur la santé

Agents infectieux dont l'aire de nuisance s'étend, fonte du pergélisol libérant des maladies oubliées, moindres défenses immunitaires et extension de la durée des maladies du fait du réchauffement hivernal... le dérèglement climatique va multiplier les menaces pour la santé des êtres humains. Le dérèglement climatique va-t-il provoquer des épidémies dans les années à venir ?

https://reporterre.net

 

L'alimentation en circuits courts permet de s'approvisionner avec moins de risque de contagion

Face à la décision du gouvernement d'interdire les marchés, des producteurs et des consommateurs s'organisent pour faire vivre les circuits courts. Une carte met en relation les producteurs et les magasins à proximité. Des dispositions sont prises pour assurer les distributions dans les meilleures conditions. Interdiction des marchés, couverts ou non.

https://www.bastamag.net





Posté par Collectif_ BVLSA à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2020

Campagne électorale

Mesdames, Messieurs les futurs élus municipaux

Comme vous le savez au mois de mars se tiendront les prochaines élections municipales. En tant qu'élu municipal, vos prérogatives sur les questions de santé, d’environnement, d’agriculture ou encore d’alimentation sont importantes !

De plus en plus de maires s'engagent à prendre (ou ont déjà pris) des mesures pour introduire plus de bio dans les cantines, pour interdire les épandages de pesticides sur tout le territoire de la commune, pour protéger les captages d’eau etc. Et vous que vous engagez-vous à faire sur ces sujets majeurs ?

Dites-le nous en nous disant si vous êtes prêt.e à vous engager sur des sujets aussi importants en répondant simplement aux 10 questions reprises dans le formulaire ci-joint de l'association GENERATIONS FUTURES.

 Nous comptons sur vous car en tant que citoyen.nes de votre commune nous attendons beaucoup de vous sur ces sujets !

D’avance merci !
 
Philippe LAC pour le Mouvement des Coquelicots Cahors
10_engagements_de_lelu_entier

Posté par Collectif_ BVLSA à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2020

Forte hausse des ventes de pesticides en France!

Le gouvernement vient de présenter ce soir, au ministère de l’Agriculture lors d’un Comité d’Orientation et de Suivi d’Ecophyto auquel a pris part Générations Futures, les nouvelles données de suivi du plan de réduction des produits phytosanitaires pour 2018.

Elles sont catastrophiques avec une augmentation de 21 % de la Quantité de Substances Actives vendues par rapport à 2017 !  . Devant ce nouveau constat d’échec Générations Futures demande la mise en place urgente de mesures contraignantes !

Malgré la communication mensongère de la FNSEA sur de supposées évolutions des pratiques des agriculteurs français en matière de recours aux pesticides chimiques de synthèse les nouveaux chiffres de suivi du plan Ecophyto ( plan de réduction de l’usage des pesticides qui a un objectif de – 50%) sont sans appel. Après une hausse de plus de 12% entre 2009 et 2016 c’est maintenant une hausse très forte de l’indicateur de suivi du plan qui vient d’être enregistrée avec une augmentation du NODU -indicateur de référence – de plus de 24% entre 2017 et 2018! (l’indicateur NODU décompte le nombre de doses unités de pesticides utilisées).

Générations Futures dénonce cette hausse considérable de la dépendance de notre agriculture aux pesticides qui marque l’échec total de ce plan Ecophyto ! Il est maintenant évident que ce plan restera un échec tant que l’Etat s’en remettra au bon vouloir de la profession agricole pour faire évoluer de manière volontaire ses pratiques !La période des mesures non contraignantes a vécu et il faut maintenant que l’Etat français fixe des règles beaucoup plus contraignantes. Générations Futures demande une évolution radicale du plan Ecophyto. Celui-ci doit imposer des objectifs de réduction par culture et par région, décroissants dans le temps année après année, qui soit contraignants et dont le non-respect déclenche des sanctions, notamment financières. A l’inverse les agriculteurs les plus performants dans le domaine de la réduction de l’usage des pesticides doivent être soutenus et aidés pour les efforts qu’ils déploient, l’ensemble pouvant s’assimiler à un système de bonus/malus. De même nous attendons que la France pèse de tout son poids au niveau européen pour faire totalement réviser le système d’aides de la nouvelle PAC actuellement en discussion. Les aides fixes à l’hectare doivent être considérablement diminuées au profit d’aides conditionnées par le respect de normes environnementales strictes et notamment dans le domaine des changements des systèmes de production agricole et de la réduction de l’usage des pesticides. Si de telles mesures fortes n’étaient pas prises rapidement il serait évident que le gouvernement ferait alors preuve de duplicité en ne se donnant pas les moyens d’un changement qu’il prétend vouloir mettre en œuvre. Nous en appelons donc à un sursaut de la part du gouvernement dans ce domaine pour sortir enfin l’agriculture française de sa grande dépendance aux pesticides chimiques de synthèse !

Posté par Collectif_ BVLSA à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 décembre 2019

Votre soutien nous permet d'agir en faveur des familles exposées aux pesticides !

GENERATION FUTURES
 
 
Grâce à notre action et à celles de nos soutiens, nous obligeons le gouvernement à s'intéresser - enfin - à la question des populations exposées aux pesticides.
C'est une avancée par rapport aux années passées où ce sujet était tout simplement balayé d'un revers de main. Mais ne crions pas victoire trop vite ! Ce gouvernement, comme les précédents, ne prend pas la mesure de l'urgence de la situation. Les propositions qu'il va nous faire prochainement* sont loin - trop loin - de ce que nous demandons ! Nous ne laissons pas de place à la déception, nous sommes bien trop déterminés pour cela !

Nous n'attendrons pas sans agir que nos dirigeants daignent prendre les mesures indispensables de protection de nos enfants !
Nous avons déjà prévu des actions** et nous ne renoncerons jamais, en dépit des difficultés ! Parce que nous connaissons les inquiétudes et recevons trop souvent des témoignages de situations douloureuses engendrées par l'exposition aux pesticides de synthèse, nous oeuvrerons sans relâche contre ces produits toxiques pour la santé et l'environnement !
 
 
Soutenez-nous pour nous permettre d'avancer sur ce dossier, de maintenir une pression forte, d'engager d'autres actions juridiques, de créer de nouveaux outils et de diffuser des alternatives aux pesticides qui permettront de faire - vraiment - changer le système !

Posté par Collectif_ BVLSA à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :