Bretagne: déstockage d'herbicides composés de glyphosate

Le glyphosate est le principal composant du Roundup, un pesticide très controversé. REUTERS/Charles Platiau
Le magasin a présenté ses excuses pour la promotion de ces substances bientôt interdites aux particuliers.
Curieuse tête de gondole que celle exposée dans le magasin Bricomarché de Carhaix (Finistère). L'enseigne a dû
présenter des excuses à ses clients vendredi après avoir proposé un déstockage d'herbicides - parmi lesquels le
controversé Roundup - contenant du glyphosate. Problème ? L'utilisation du glyphosate, soupçonné d'être
cancérigène, sera bientôt interdite aux particuliers français en raison des risques que ce principe actif représente
pour la santé.
Le Bricomarché ne cache d'ailleurs pas l'information à ses clients. Il en fait même un argument de vente, comme
en témoignent les photos diffusées sur les réseaux sociaux par des clients indignés.
« Maladresse »
L'affiche a fait le tour des réseaux sociaux vendredi, à commencer par Twitter, conduisant la direction du magasin
à s'excuser dans un communiqué."Nous avons bien pris en compte le mécontentement de nos clients concernant notre tête de gondole sur les
produits phytosanitaires. Nous tenons à nous excuser de notre maladresse", indique le magasin breton sur sa page
Facebook.
« Il s'agit d'une erreur humaine et non d'une provocation de notre part, ni [d'une volonté] de faire le buzz. Nous
allons proposer de ce fait des produits en adéquation avec les cultures biologiques », précise le magasin, qui ajoute avoir retiré sa tête de gondole ainsi que l'affiche l'accompagnant.